AVERTISSEMENT :
L’extrait suivant comme l’ensemble de ceux présents sur ce site internet, a été traduit par l’équipe de Dark-Hunter Francophone d’après le strict respect du texte original.
Le texte n'est donc pas celui que vous pouvez lire dans les livres disponibles en français, qui ont soufferts pendant longtemps d’une très mauvaise traduction, dû à une politique éditoriale autorisant / obligeant les coupes et changements de texte, afin de coller au format et aux critères de la collection dans laquelle a été mise la série, et qui ne s'est arrêtée qu'en 2015.
Nous vous invitons à les comparer si vous le voulez.
Toutefois nous ne sommes pas traductrices professionnelles, le sens d'une phrase peut nous avoir échapper. Si vous trouvez une faute ou une phrase mal construite, n'hésitez pas à nous le signaler par e-mail.


 Dark-Hunter #9 - L'homme-tigre


 Chapitre 1

 

[...]
   "Ô mon Dieu !" s'exclama Whitney à l'instant où ils entrèrent dans le célèbre bar de motard Le Sanctuaire.
   Les propres yeux de Marguerite s'écarquillèrent lorsqu'elle regarda cet endroit, sombre et minable qui aurait eu besoin d'un nettoyage approfondi. Les gens étaient tous vêtus de tenue de motard en cuir ou tee-shirts et jeans. Les tables et les chaises étaient un méli-mélo de conception rudimentaire qui ne se correspondaient même pas. La scène avait été généreusement peinte en noir avec des touches bizarre de gris, de rouge et de blanc, et les tables de billards qui semblaient avoir survécu à beaucoup de combat dans leur vie.
   Il y avait même de la paille étalée sur le sol qui lui rappelait une grange.
   Le bar à sa droite était occupé par des hommes à l'allure rude buvant leurs bières et criant les uns sur les autres. Elle pouvait voir un escalier en bois conduisant à une zone de l'étage, mais elle ne savait pas se qui se passait là-haut. Le trouble s'empara de son esprit. Une personne pouvait probablement y trouver beaucoup d'ennuis.
   Cet endroit était vraiment rustique.
   Mais ce qui retenait le plus son attention dans ce lieu était la forte concentration de beaux hommes qui travaillaient dans le bar. Ils étaient partout. Les barmen, les serveurs, les videurs... Elle n'avait jamais vu quelque chose comme ça.
   Elise se pencha pour murmurer à son oreille.
   "Je pense que je viens juste de mourir et que j'ai été envoyé au paradis. Tu as déjà vu tant d'hommes magnifiques dans ta vie ?"
   Marguerite ne pouvait que secouer la tête de dénégation. C'était vraiment incroyable. Ele était stupéfaite que les médias n'aient pas eu vent de cette nouvelle et envoyés une équipe pour enquêter sur ce qu'il pouvait bien y avoir dans l'eau pour faire en sorte qu'il y ait tant d'hommes torrides en un seul endroit.
   Même Whitney était bouche bée en les reluquant.
   "Quel genre de musique c'est ?" dit Blaine en tordant les lèvres en un rictus alors qu'une nouvelle chanson était diffusée dans tout le bar.
   "Je crois que c'est ce qu'on appelle du métal," cria Todd par dessus le solo de guitare.
    "Moi je l'appelle douloureuse," déclara Whitney. "Est-ce que Nick aimait vraiment traîner ici ?"
   Marguerite hocha la tête. Nick avait aimé cet endroit. Il avait passé des heures à lui parler de cet endroit et des gens bizarre qui l'appelait leur maison.
   "Il a dit qu'il y avait la meilleure andouille du monde.
   Blaine se moqua.
   -J'en doute fort.
   Todd indiqua d'un mouvement de tête une table à l'arrière :
   -Je pense que l'on devrait nous asseoir et prendre un verre à la mémoire de ce vieux Nick. on en vit qu'une fois, vous savez ?
   -Buvez ici et vous ne passerez certainement pas la nuit", déclara Blaine.
   Il avait l'air moins enthousiaste en suivant Todd jusqu'à la table où il se prit une chaise.
   Marguerite ôta son large sac à dos, puis s'assit dans le fauteuil que Todd tenait pour elle. L'endroit était très bruyant et pourtant elle pouvait y voir Nick. Il y avait quelque chose qui lui rappelait sa présence. Mis à part le décor plutôt vulgaire qu'avait toujours préféré Nick. Elle le soupçonnait de s'être souvent habillé de manière ringarde juste pour agacer les gens.
   Pour elle s'était l'un de ses traits les plus attachants. Il était la seule personne qu'elle n'ait jamais connu qui ne prêtait vraiment pas attention à ce que les autres pensaient de lui. Nick était Nick et si vous ne l'aimiez pas, vous pouviez partir.
   "Je vous sers quelque chose les gars ?
   Elle leva les yeux pour voir une très belle femme blonde d'à peu près son âge. Elle portait une paire de jeans serrés et un tee-shirt avec en petit le logo du Sanctuaire : une moto garée sur une colline dont la silhouette se découpait sur la pleine lune. Sous l'image était inscrit une phrase : "Sanctuaire : maison des Howlers*"
   Blaine regarda leur serveuse d'un air d'un regard de braise que la femme ignora sagement.
   "Oui, nous prendrons tous de la Westvleren 8.
   La serveuse fronça les sourcils à son choix de bière.
   -Qu'est ce que c'est que ça ?
   Blaine eu ce regard béat qu'il utilisait en utilisant son je-vais-te-parler-avec-des-mots-simples :
   -C'est une bière belge, ma chérie. S'il vous plaît dites-moi au moins que vous en avez déjà entendu parler.
   La serveur lui lança un regard irrité.
   -Gamin, je suis né à Bruxelles et la dernière fois que j'y ait regardé, ma nouvelle patrie d'est l'Amérique, pas mon lieu de naissance. Donc, soit tu commande une bière américaine soit je t'apporte un verre d'eau et tu pourras t'asseoir et prendre des airs supérieurs jusqu'à ce que tu dégueules, compris ?
   Blaine la regarda comme s'il était prêt à l'étrangler.
   -Est-ce que votre patron sait que vous parlez comme ça à vos clients ?
   La serveuse lui fit un sourire indulgent et sarcastique :
   -Si vous souhaitez parler à ma mère qui est propriétaire de ce bar, mon trop obligent frère qui le gère ou à mon père qui adore mettre des coups de pieds au cul de la manière dont je vous traite, laissez-moi vous faire savoir que je serais heureuse l'aller chercher l'un d'eux pour vous. Je sais qu'ils aimeraient vraiment perdre leur temps à traiter avec vous. Ils comprendront mieux de cette façon.
   Marguerite étouffa un rire. Elle ne connaissait pas la femme, mais elle l'aimait beaucoup :
   -Je vais prendre un Bud Light, s'il vous plaît.
   La serveuse lui fit un clin d'œil avec un air conspirateur avant d'écrire sur son petit bloc-notes.
   -La même chose", déclara Todd.
   Whitney et Elise se joignirent à leur avis. Puis ils regardèrent tous Blaine en attendant son prochain commentaire de reproche.
   -Apportez la mienne avec une serviette et un décapsuleur.
   La serveuse pencha la tête avec une lueur diabolique dans les yeux.
   -Quoi ? Tu as peur que je crache dedans, mon grand ?
   Todd se mit à rire.
   Avant que Blaine ne puisse répondre, la blonde les avait laissé.
   Le sourire de Marguerite disparut lorsqu'elle sentit soudain quelque chose d'étrange... Les cheveux au bas de sa nuque se dressèrent. Comme si quelqu'un l'observait.
   Attentivement.
   Menaçant.
   Tournant la tête, elle parcourut la foule, à la recherche de la source de son malaise. Mais il n'y avait rien. Personne ne semblait faire attention à eux.
   Il y avait plusieurs groupes de motards plutôt costauds jouant au billard. Des tonnes de touristes et de motards grouillant. Il y avait même un groupe de sept hommes jouant au poker dans un coin. Les serveurs et la serveuse allaient et venaient du comptoir aux tables en distribuant aliments et boissons tandis que les deux barmen vaquaient à leurs affaires.
   Personne ne regardait dans leur direction.
   Je dois être en train de me l'imaginer.
   C'était ce qu'elle pensait jusqu'à ce qu'elle repère un homme dans un coin qui semblait regarder droit vers elle.
   Vêtu de manière ample, décontracté, les boutons de sa chemise blanche défaits et couvert pas un tablier blanc sale, et usé, son jean noir terne avaient vu de meilleurs jours, c'était un serveur faisant une pause dans le nettoyage d'une table. Les manches de sa chemise étaient relevée jusqu'au milieu de ses avant-bras. Son bras gauche portait un lumineux et coloré tatouage qu'elle ne pouvait pas distinguer à cette distance.
   Elle ne savait pas à quoi il ressemblait car son épaisse chevelure blonde foncée obscurcissait la majeur partie de son visage et retombait sur ses yeux. Elle était accrochée en arrière juste après ses épaules. En fait, compte tenu de sa coiffure, elle ne pouvait pas vraiment dire s'il la regardait, mais tout son corps lui disait d'instinct qu'il était sur elle.
   Il y avait quelque chose en lui qui semblait sombre et dangereux. Prédateur. Presque sinistre.
   Elle se frotta nerveusement le cou, souhaitant qui redirige son attention vers son travail.
   "Il y a quelque chose qui ne va pas ? Lui demanda Blaine.
   -Non," dit-elle rapidement, en lui offrant un sourire. Si elle lui disait, il serait sans doute capable de faire une scène et d'obtenir que le pauvre homme quitte son travail dont il avait probablement besoin.
   "Je vais bien." Mais cette sensation ne se calma pas et il y avait quelque chose de si bestial et féroce à ce sentiment qu'elle en était définitivement troublée.


   Wren pencha la tête en regardant la femme inconnue qui avait l'air si déplacé ici qu'il se demandait comment elle était arrivé dans leur bar. La sophistication et l'argent transpiraient par tous ses pores. Elle n'était assurément pas de leur clientèle habituelle.
   Il pouvait aussi dire qu'elle était mal à l'aise alors qu'il la surveillait. Mais personne ne l'était quand il le faisait, c'est pourquoi il n'avait des contact visuel avec quiconque. Il avait appris il y a longtemps que ni homme ni bête ne pouvait supporter l'intensité qui émanait de lui pendant très longtemps.
   Et pourtant il ne pouvait détacher ses yeux d'elle. Ses cheveux châtain foncé qu'elle avait tiré en queue de cheval avec des reflets auburn et son teint de peau foncé trahissait un patrimoine Cajun. Elle portait un délicat pull rose et une  longue jupe kaki qui s'accordait avec ses Espadrilles roses.
   Le meilleur de tous, elle avait un corps sinueux magnifique qui appelait tout homme à proximité à le goûter.
    Elle n'était certainement pas la plus belle femme qu'il ait jamais vu, mais il y avait quelque chose en elle qui retenait son attention.
   Quelque chose en elle qui semblait perdu et blessé.
   Triste.
   Dans les contrées sauvages d'Asie où il était né, une créature comme elle aurait été tuée et mangée par quelque chose de plus fort. Féroce.  La vulnérabilité de quelque type que ce soit était une invitation à mourir. Et pourtant, il ne sentait pas la vague familière d'adrénaline qu'il ressentait avant d'attaquer les faibles.
   Il ressentait le désir inexplicable de la protéger.
   Plus que cela, il voulait aller vers elle et lui offrir du réconfort, mais qu'Est-ce qu'il savait sur la manière de réconforter un être humain ? Il était un prédateur sauvage sous forme humaine. Il savait comment traquer et tuer.
   Comment se battre.
   Il ne savait rien du réconfort. Rien des femmes. Rien de la douceur ou de la bonté. Il était par choix seul au monde et il aimait ça.
   Marvin, le singe mascotte résident du Sanctuaire, accourut vers lui avec un nouveau torchon pour nettoyer les tables. Wren lui prit des mains en se forçant à revenir sur ce qu'il faisait. Pourtant, il sentait la présence de cette femme inconnue et en peu de temps, il se trouva à la regarder de nouveau pendant qu'elle parlait à son groupe d'amis.


   Marguerite prit une gorgée de bière alors qu'Elise et Whitney lorgnaient les hommes dans le bar. Elle prit un bretzel seulement pour voir Blaine lui gifler la main.
   Il avait l'air consterné en la voyant faire :
   "Tu es folle ? Sais-tu  depuis combien de temps c'est ici ? Combien de mains sales y ont touchées . D'ailleurs, cette mégère de serveuse l'a probablement empoisonné juste par rancune".
   Marguerite roula des yeux face à sa déraisonnable paranoïa. Elle leva les yeux vers le serveur qui s'était rapproché. Il travaillait encore, mais elle sentait quand même qu'il était focalisé sur elle.
   Elle fronça les sourcil en voyant un petit singe araignée brun courir sur son bras pour se reposer sur son épaule.
   Le serveur sortit une petite carotte de la poche de son tablier blanc qu'il donna à manger au singe pendant qu'il retournait au travail. Elle retint un sourire quand elle réalisa qui était ce gars. Ce devait être Wren. Nick lui parlait de lui de temps à autre. Il lui avait dit qu'il avait d'abord pensé que Wren était muet car il n'avait jamais, jamais parlé à personne. Ils se connaissaient depuis une année complète lorsque Wren avait finalement marmonné, "salut", un jour où Nick était venu rendre visite à sa mère.
   Selon Nick, Wren était un solitaire qui ne voyait personne et refusait de participer au monde. La seule raison pour laquelle elle savait que c'était lui était que Nick parlait du singe... seule véritable ami de Wren, qui avait tendance à voler leurs boules de billard quand les deux hommes jouaient dans un coin à l'arrière du bar.
   Le singe s'appelait Marvin....
   Blaine s'aperçut qu'elle regarder le serveur. Il se tourna dans sa chaise pour voir Wren qui la regardait à nouveau. Du moins c'est ce qu'il semblait faire, mais encore une fois, il gardait ses cheveux devant ses yeux, il n'y avait aucun moyen de le savoir avec certitude.
   "Est-ce qu'il te dérange ?
   -Non," Dit rapidement Marguerite, qui avait peur de ce que Blaine pourrait faire. D'une manière étrange, elle se sentait presque flattée. Les hommes ne lui prêtait normalement pas attention à moins qu'ils sachent qui était son père. Il n'y avait que sa mère qui avait fait tourner les têtes.
   Jamais elle.
   "Qu'est-ce que tu regardes ? " demanda Todd d'un ton brusque.
   Wren l'ignora tandis qu'il se déplaçait à la table à côté de la leur qui était couvertes de verres et d'une assiette de nachos à moitié mangés.
   Marguerite pouvait sentir qu'il voulait lui parler et elle se demanda à quoi il ressemblait sous tout ces cheveux blonds. Il y avait un air de danger autour de lui. Un pouvoir puissant et pourtant elle sentait qu'il ne voulait attirer l'attention de personne.
    C'était comme s'il voulait se fondre parfaitement avec l'arrière-plan, mais était totalement incapable de le faire.
   L'étrange image d'un tigre assis au zoo vint à son esprit. Voilà ce qu'il lui rappelait. Une grande bête qui regardait soigneusement autour d'elle, détaché, et pourtant convaincu qu'elle pourrait  s'en prendre à quelqu'un qui se frotterait à elle.
   "Quel monstre," dit Blaine alors qu'il regardait pour voir Wren les observer.
   "Hey mon pote, pourquoi tu ne fais pas quelque chose pour ces dreadlocks dégoûtants ?
   Blaine lui jeta quelques dollars.
   -Tu les utiliserais-tu pas pour avoir une vraie coupe de cheveux."
   Wren les ignora complètement lui et l'argent.
   Le singe commença à couiner comme s'il protégeait Wren. Sans un mot, Wren caressa la tête du singe, puis lui murmura quelque chose. Le singe sauta de son épaule et courut vers le bar.
   Wren posa son plateau de vaisselles sur le côté.
   Son cœur s'accéléra quand elle se rendit compte qu'il venait vers elle maintenant. De près, il était beaucoup plus grand que ce qu'il paraissait à distance. Pour une raison quelconque il se tenait recourbé et semblait faire environ un mètre quatre vingt, mais s'il devait se redresser de toute sa hauteur, elle était sûre qu'il serait autour d'un mètre quatre vingt dix.
   Il y avait un aura de pouvoir suprême qui l'entourait. De vitesse et d'agilité.
   Il était tout simplement magnétique.
   De près, elle put enfin voir ses yeux.
   Ils étaient d'un vibrant bleu turquoise qui était si pâle qu'ils envoûtaient par leur couleur.

   Et par leur cruauté.
   Il indiqua son verre vide avec une inclinaison du menton.
   "Vous avez terminé, ma dame ?"
   Sa voix était profonde et résonnante, hypnotisant. Elle lui envoya un frisson d'excitation le long de la colonne vertébrale.
   Elle sourit à son ton poli.
   "Oui", dit-elle en le tendant vers lui.
   Il essuya sa main sur son tablier comme s'il ne voulait pas l'offenser ou la salir avant de l'approcher.
   Au début, elle pensa que leurs mains allaient se toucher, mais il l'évita rapidement comme s'il avait peur d'un tel contact intime. Une étrange déception la gagna.
   Evitant son regard, il pris son verre, le tenant comme s'il était précieux et l'emmena. Il le mis sur son plateau, puis se tourna vers elle.
   "Excuse-moi, rasta ?" Dit Todd brutalement. "Tu ne dois pas la regarder, trou du cul. Elle est loin de ta catégorie.
   Il regarda Todd d'un air ennuyé qui disait bien qu'il ne voyait pas en lui une grande menace.
   "Wren ?" demanda la serveuse blonde en venant vers lui et en confirmant son identité à Marguerite. La serveuse fit une pause pour leur donner un regard d'avertissement avant d'adoucir son expression et de regarder Wren :
   "Il est temps pour toi de prendre une pause, d'accord, mon chou ?"
   Il acquiesça.
   Alors qu'il commençait à s'éloigner, Blaine prit son verre dans ses mains.
   "Oui, mon chou, va traîner dans le caniveau avec des gens de ton type.
   Avant qu'elle réalise ce que Blaine faisait, il balança son verre au visage de l'homme.
   Wren laissa échapper un son étrange entre le sifflement et le grognement qui en semblait pas tout à fait humain. En une fraction de seconde, il laissa tomber son plateau et se précipita sur Blaine.
   Sorti de nulle part un groupe d'hommes le retint. Elle se dressa sur ses pieds et regarda les quatre videurs beaucoup plus grand que lui qui peinaient à maîtriser Wren. Ils l'entouraient si bien que Marguerite ne pouvait même plus le voir alors qu'ils formaient une barrière, comme pour protéger son groupe.
   La serveuse était livide.
   "Sortez !" Leur grogna t'elle. "Vous tous.
   -Pourquoi ? " Demanda Blaine. " Nous sommes des clients qui payons.
   Un autre homme blond arriva, il avait une ressemblance frappante avec la serveuse. Ce devait être son frère, elle avait mentionné plus tôt qu'il gérait le bar.
  "Tu ferais mieux de faire ce que dit Aimée, gamin. Nous venons juste de te sauver la vie, mais même nous on ne peut pas le tenir très longtemps. Au moment où il aura les idées claires, il vaudra mieux avoir disparu depuis longtemps ou nous ne serons pas responsables de ce qu'il te fera.
   Blaine ricana.
   -Il me touche et je vous poursuis en justice.
   L'homme rit d'un air menaçant.
   -Crois-moi, il ne restera pas assez de toi pour te nourrir avec une paille, sans parler de déposer plainte, pauvre type. Maintenant sortez de mon bar avant que je ne vous jette dehors.
   -Viens, Blaine," dit Todd en le tirant vers la porte. "Nous sommes resté assez longtemps ici.
   Whitney et Elise rechignèrent à devoir partir, mais comme des zombies obéissants, elles se levèrent et suivirent les hommes.
   Marguerite reste en arrière.
   -Margeaux ? Demanda Todd.
   -Allez-y. Je vous rattraperai plus tard.
   Blaine secoua la tête.
   -Ne sois pas stupide, Margeaux. C'est pas notre genre ici."
   Elle était si dégoûté de ce genre, de ce type de mentalité. Elle avait eu assez de ça dans sa vie et au grand dam de sa famille entière, sa pensée était qu'il n'y avait que deux types de personnes dans le monde. Ceux qui étaient corrects et ceux qui étaient dans la moyenne.
   Personnellement, elle en avait assez de ceux qui étaient dans la moyenne.
   "Ferme la, Blaine. Rentre chez toi avant que je ne te frappe.
   Blaine leva les yeux avant de se diriger vers la porte avec Elise et Whitney dans son sillage.
   -Tu es sûr de vouloir rester ? Demanda Todd.
   -Oui. Je vais prendre un taxi pour rentrer.
   Il avait l'air moins convaincu, mais reconnu sa détermination à rester.
   -D'accord. Fais attention".
   Elle hocha la tête, puis attendu qu'il ne soit plus là pour se diriger dans la direction qu'elle les avait vu prendre avec Wren. Ce fiasco était sa faute. Le moins qu'elle pouvait faire était des excuses pour le fait qu'elle soit assez stupide pour sortir avec des enfoirés.
   Elle trouva un petit couloir qui menait aux toilettes et une zone marquée privée. Personnel seulement. Au début, elle pensait que les hommes auraient pu l'emmener dans le bureau privé jusqu'à ce qu'elle entende des voix provenir des toilettes pour hommes.
   "Ne lui mouille pas encore une fois le visage, Colt, il va t'arracher le bras pour t'éloigner de lui.
   Encore une fois elle entendit un féroce, grognement bestial et quelque chose qui ressemblait à quelqu'un que l'on repousse.
   "Je te l'avais dit," dit encore la voix masculine. "Stupides humains. Ce gamin a de la chance qu'on en lui ait pas laissé Wren. Vous ne tirez pas la queue d'un tigre sauf si vous voulez être mangé.
   -Qu'est-ce que tu faisais à parler à cette fille de toute façon ?" Demanda une autre voix." Bon sang. Depuis quand tu parles à quelqu'un, Wren ?
   Elle entendit le grondement de nouveau, suivi par le bruit d'un verre brisé.
   "Très bien," dit la première voix. "Fais ton caprice. Nous allons attendre dehors."
   La porte de la salle de bain s'ouvrir pour révéler deux hommes qui faisaient bien un mètre quatre vingt de haut. L'un avait les cheveux noirs et courts et l'autre de longs cheveux noirs tirés en queue de cheval. Ils s'arrêtèrent entre elle et la porte en la regardant d'un œil méfiant.
   "Il va bien ?" Leur demanda t'elle.
   Celui avec les cheveux longs lui lança un regard étrange.
   -Vous devriez sortir d'ici. Vous avez assez causé d'ennuis pour une nuit.
   Mais assez curieusement elle ne voulait pas partir.
   -Je..."
   Elle oublia ses mots alors que la porte de la salle de bain s'ouvrait à nouveau sur Wren qui en sortait pour entrer dans le couloir lui aussi.
   Sa chemise était humide, ce qui mettait en valeur certaines parties très musclées de sa poitrine. Il avait une serviette sur les épaules et sa tête était baissé. Un geste qui lui rappelait plus celle d'un prédateur qui regardait le monde avec méfiance, prêt à bondir sur quelqu'un qui serait timide ou craintif.
   Il l'approcha lentement, méthodiquement. Quelque chose au sujet de ses mouvements faisait penser à un chat juste avant qu'il ne se frotter contre son propriétaire pour le renifler et le marquer comme sien.
   Il essuya son visage avec le dos de sa main avant de jeter un regard sinistre sur les hommes.
  "Laissez," grogna t'il.
   Celui avec les cheveux longs se raidit comme s'il détestait l'idée de recevoir des ordre.
   -Viens, Justin," dit  d'un ton conciliant l'homme aux cheveux courts qui devait être Colt. "Wren a encore besoin de temps pour se calmer."
   Justin laissa échapper son grognement sinistre, avant de se diriger de nouveau vers le bar.
   Colt lui laissa un regard d'avertissement avant d'aller vers le comptoir.
   Marguerite déglutit en approchant lentement de Wren. D'aussi près elle pouvait dire que sa chemise ample couvrait un corps dur et maigre. Sa peau était d'un profond or fauve qui était si attirante que ce devait être illégal.
   Il y avait quelque chose en lui qui semblait féroce, sauvage. Il paraissait avoir dormi avec ces vêtements . Il était évident que cet homme ne se souciait pas de ce que quelqu'un pouvait penser de lui. Il n'avait pas suivi la mode ou toute règle de civilité. De ce qu'elle avait entendu alors qu'ils étaient dans la salle de bain, il semblait même qu'il était modérément sociable également.
   En théorie, elle aurait dû être repoussé par lui et pourtant elle ne l'était pas. Tout ce qu'elle voulait faire était d'écarter cette tignasse blonde et voir s'il était aussi beau qu'elle le soupçonnait.
   "Je suis désolé," dit-elle doucement. "Je ne savais pas ce que Blaine allait vous faire."
   Il ne parlait pas. Au lie de ça, il fit un pas vers elle, maintenant si proche qu'elle pouvait sentir la chaleur de son corps. Il tendit la main vers elle. Fit une pause juste avant que sa main soit en contact avec sa joue et s'arrêta là, hésitant tandis que ses yeux bleus étranges la brûlaient.

   Wren voulait la toucher à un point douloureux. Il n'avait jamais voulu quelque chose à ce point. Mais il savait qu'il ne devait pas.
   Elle était humaine.
   Et elle était belle. Ses cheveux semblaient plus doux de près. Sa peau rayonnait d'une vive chaleur. Il donnerait tout pour goûter un minuscule bout de sa peau et pour voir si elle était aussi délectable qu'elle lui semblait.
   Mais il ne pouvait pas.
   Un animal comme lui ne pourrait jamais toucher quelque chose d'aussi fragile qu'elle. Il était dans sa nature de détruire, pas de caresser un rêver. Il laissa retomber sa main.
   "Êtes-vous l'ami de Nick dont il avait l'habitude de me parler ?" Demanda t'elle doucement.
   Il pencha la tête à cette question inattendue.
   "Vous connaissiez Nick ?"
   Elle acquiesça.
   -Je suis allé à l'école avec lui. Nous avons étudié ensemble. Il a dit qu'il avait un ami ici nommé Wren qui lui bottait le cul au billard. C'était vous ?
   Wren regarda les tables de billard et hocha la tête en se souvenant de son ami. Non pas que Nick le connaissait vraiment. Mais au moins Nick avait essayé de lier amitié avec lui. C'était un changement pour lui.
   "C'était moi," murmura t'il, sans savoir pourquoi il s'en prenait la peine car il parlait rarement et à personne.
   Mais il voulait lui parler. Il aimait le doux rythme de sa belle voix. Elle lui paraissait si tendre. Si féminine. Une partie de lui qui lui était étrangère voulait l'enlacer.
   Il se pencha très légèrement pour qu'il puisse discrètement respirer son odeur. Sa peau était chaude et douce et avait une légère trace de talc et d'une lotion  de bois épicé. Il devint dur et douloureux.
   Il n'avait jamais embrassé une femme, mais il le voulait pour la première fois. Ses lèvres entrouvertes semblaient l'y inviter.
   Tellement délicieuses...
   "Wren ?"
   Il tourna la tête en entendant la voix de Nicolette Peltier derrière lui.
   La Française plus âgée s'approcha d'eux en sortant du bureau du club. Il pouvait sentir que Nicolette voulait tendre la main et le tirer loin de l'être humaine, mais comme les autres qui avaient fait du Sanctuaire leur maison, Nicolette avait peur de lui. Son espèce était imprévisible. Mortellement. Tout le monde le craignait. Sauf la femme devant lui.
   Mais elle ne savait pas qu'il était un Tigard* dans la peau d'un être humain.
   "Je dois y aller maintenant," dit-il en s'éloignant.
   La femme tendit la main et lui toucha le bras. Son bas-ventre se dressa en réponse à cette marque d'attention et le brûla de désir. Il fit tout ce qu'il pouvait faire pour supprimer l'animal en lui qui voulait en faire sienne.
   Normalement, il donnait raison à ses pulsions. Ce soir, il ne pouvait pas. Il allait lui faire du mal et c'était la dernière chose qu'il voulait.
   "Je suis vraiment désolé pour ce qui est arrivé," dit-elle doucement. "Il est inexcusable et j'espère qu'il ne vous a pas créé d'ennuis ni blessé".
   Il ne dit pas quoique ce soit alors qu'elle regardait Nicolette, puis se retourna et sortit.
   Elle était partie. Elle l'avait marqué comme un couteau.
   "Viens, Wren" déclara Nicolette. "Je pense que ce sera mieux si tu finissez ta part de travail maintenant et te retirais pour la nuit".
   Wren n'argumenta pas. Il avait besoin d'un certain temps hors de sa forme humaine, surtout compte tenu de la façon dont il se sentait. Il était comme si son corps avait été électrifié. Grandi. Il n'avait jamais rien ressentit de tel dans sa vie.
   Sans un mot, il se dirigea vers la cuisine qui avait une porte conduisant à l'immeuble voisin où les animaux garous avaient leur maison.
   La maison Peltier était depuis longtemps un refuge pour les créatures comme lui... les créatures qui avaient été jetées hors de leurs clans pour toutes sortes de raisons. Comme Aimée le disait souvent, ils étaient tous des réfugiés et des marginaux.
   Wren l'était plus que la plupart. Il n'avait jamais eu un clan animal à qui appartenir. Ni les tigres, ni les léopards ne toléraient son existence mixte. Il était un mutant hybride qui n'aurait jamais dû être autorisé à vivre.
   Ici récemment, il pouvait dire que même les ours n'étaient pas non plus  friands de lui. C'était subtil. Ils se rassemblaient près de leurs petits quand il s'en approchait. Ou ils faisaient comme ce soir et l'isolaient quand ils soupçonnaient qu'il allait se mettre en colère.
   Voilà pourquoi il avait tellement apprécié Nick.
   Nick l'avait traité comme s'il était normal.
   "Que diable ?" dirait Nick. "Nous sommes tous perturbés un jour. Au moins tu t'en fous et je n'ai pas à me battre avec toi pour des femmes. De mon avis, ça excuse tout."
   Nick avait une vision unique sur le monde.
   Wren retira sa chemise mouillée et se dirigea vers les escaliers. Marvin venait en bondissant derrière lui. Il était à mi-chemin quand un mauvais pressentiment le traversa.
   La femme...
   Elle était en difficulté.
   Wren fit apparaître mentalement un tee-shirt noir sur lui en sentant la menace imminente sur elle. Sans un mot à Marvin, il s'élança hors du bâtiment, dans la rue.

 


Notes de traduction :
*les Howlers sont le groupe de rock du Sanctuaire, et se traduit par "les Hurleurs", il est composé exclusivement de Garous. Vous trouverez une fiche de présentation de leur groupe dans la section "Personnages de "Dark-Hunter"  la lettre H". En français leur nom à été traduit par "Oiseaux de Nuit".

*Le Tigard est un hybride de tigre mâle et de léopard femelle. En captivité certains spécimens sont nés prématurés et morts nés, ils présentaient un mélange de taches, d'ocelles et de rayures. En français, le terme tigard a disparu à la traduction pour ne faire de Wren qu'un simple tigre.   


Texte original © Sherrilyn Kenyon - 2005
Traduction © Dark-Hunter Francophone

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir